C’est une vérité universellement reconnue que les hommes mûrissent moins vite que les femmes et, si peu que l’on sache d’où vient cette idée, lorsqu’un garçon d’une vingtaine d’années arrive devant nous, cette idée est si bien fixée dans nos esprits qu’on s’attend à tout moment à le voir sortir une Red Bull, la boire cul-sec puis chanter Seven Nation Army en mode “popopopopopo”.

Bref. Les fraises mûrissent d’avril à juin et les hommes vers 35 ans. C’est la nature. Et quand on y réfléchit on a tous les anecdotes pour le prouver.

On pense à cet ami hospitalisé après avoir été mis au défi de boire une bouteille entière de sauce soja. Ou alors à celui qui, à 35 ans, fait encore la fête comme si avoir 36 ans n’existait pas. Ne connaissez-vous pas un type qui trompe toutes ses meufs, espérant se faire attraper et être quitté plutôt que de devoir prendre la responsabilité de les quitter lui même ?

Symétriquement, on pense aussi à cette fille qui savait déjà cuisiner, coudre à 15 ans, aidant toute sa famille pendant que ses grands frères, eux, faisaient des conneries. Être une parfaite ménagère, c’est ça la maturité, non ? Mais il y a aussi celle qui a 18 ans avait un plan pour ses études, sa carrière et sa vie et qui a 30 ans a tout réalisé. Le boulot, le bébé et le mariage avec un thème “champêtre chic”.

Oh bien sûr vous allez me dire que ce sont des clichés et qu’il y a des filles immatures et des hommes qui mûrissent très jeunes. A 28 ans. Mais justement la question se pose : d’où vient-il vraiment, ce cliché de l’homme immature ? Nous faire croire que les hommes sont immatures, si on en croit certains masculinistes, ce serait l’un des instruments du complot féministe pour prendre le pouvoir aux hommes. Aurait-on là trouvé le bigfoot du masculinisme : un authentique, flagrant exemple de sexisme inversé ? Qui donc entretient cette idée, et pourquoi ?

1-homme

On va essayer ensemble de répondre à ces questions, mais d’abord, il faut définir de quoi on parle : c’est quoi la maturité psychologique ? La maturité physique, facile, c’est comme le porno : on la reconnait à partir du moment où un certain nombre de poils sont apparus. Dans nos têtes, comme souvent, c’est plus… compliqué.

Une définition large et générale de la maturité, c’est “la capacité à prendre des décisions appropriées”. C’est si vaste que c’en est à peu près inutile. Qui êtes-vous pour me dire ce qui est approprié ? Comment évalue-t-on ça ? Suis-je assez mégalomaniaque pour prétendre répondre à des questions philosophiques aussi vastes ? La réponse, vous la connaissez si vous lisez ce blog, est un grand oui. Mais ça n’est tristement pas le sujet du jour.

En langage commun on dit qu’être mûr c’est “assumer”. Et la sagesse populaire va nous être, comme elle l’est rarement, utile. Selon cette façon d’envisager la maturité, un être mûr réfléchit avant d’agir, prend en compte dans sa décision les conséquences possibles de ses actes. Surtout, l’humain mûr a un plan pour – ou du moins l’intention de – gérer ces conséquences.

Vous remarquerez que je ne parle pas d’un autre aspect de la maturité qu’on évoque pourtant souvent : l’humour. Faire des blagues pipi caca à 40 ans, c’est immature, à ce qu’il paraît. Mais je vais plutôt me concentrer sur les aspects plus sérieux et lourds de conséquence de l’immaturité. D’abord parce que c’est plus important, aussi parce que c’est facile de les mesurer, mais enfin, et peut-être surtout, parce que j’aime bien dessiner des crottes et que vous ne pourrez pas me convaincre que c’est pas rigolo.

2-caca

Sommes-nous à peu près au clair sur ce dont nous parlons ? Bien. Nous allons maintenant tester une hypothèse : et si on disait que les hommes sont immatures parce que… ils le sont ? L’explication la plus simple est généralement la bonne.

Les statistiques montrent d’ailleurs justement que les hommes ont considérablement plus de comportements dangereux pour nous-même que les femmes : nous buvons et fumons davantage, consommons plus de drogues selon l’OFDT. Ce sont des choix qu’on peut faire de façon réfléchie, me direz-vous peut-être en touillant votre whiskey avec votre cigare. Chacun est libre de se mettre en danger lui même. Je vous laisse décider de la maturité derrière ces choix, peu m’importe. J’ai en réserve quelques statistiques plus accablantes.

Nous sommes, nous les hommes, responsables de plus d’accidents de la route et encore plus d’accidents mortels. Nous commettons plus d’actes violents, nous finissons beaucoup plus souvent en prison. Nous tuons plus, beaucoup plus que les femmes. Pardonnez moi d’être vieux jeu mais ça ne me semble pas une bonne chose.
Mais s’il ne devait y avoir qu’une statistique qui montre que nous n’assumons pas nos responsabilités (collectivement, en tant que classe) c’est celle là : si notre partenaire a un cancer, il y a six fois plus de chance que nous la quittions que dans le cas inverse.

Je pourrais continuer. Croyez-moi. Les hommes ont un comportement immature, c’est vérifiable de façon objective. Ce n’est donc pas la faute des féministes misandres si on dit ça, c’est plutôt parce qu’elles ont totalement raison. Maintenant se pose une autre question à laquelle les statistiques seules ne peuvent pas répondre : Pourquoi cette immaturité ?

3-machine

Commençons par prendre mon exemple comme ça on pourra pas dire que je me pose encore une fois en donneur de leçon. Je l’ai déjà raconté, j’ai mis pas mal de temps à entrer dans l’âge adulte. Pendant ces années de post adolescence où j’ai perdu plein de temps, je ressentais une certaine pression à commencer ma vie sexuelle, à trouver un boulot et quitter le domicile parental.

Contrairement à beaucoup de femmes, cependant, je ne ressentais pas la pression de “m’installer” dans une relation durable et d’avoir des enfants “tant que je peux”. Quand j’ai eu 27 ans, j’ai rencontré une fille qui en avait 5 de moins et avait déjà des connaissances en cuisine et en ménage qu’elle m’a transmis parce que j’étais un grand dadais pas très débrouillard. Elle savait tenir un budget alors que j’étais une catastrophe financière ambulante. Elle m’a aussi appris à m’habiller et tout un tas de choses d’adultes. Dans le même temps, moi je lui ai fait découvrir quoi ? 2-3 groupes sympas et des super héros. Demandez moi mon opinion sur Batman s’il vous plaît j’adore m’écouter parler.

Le fait est que si je n’étais pas mûr c’est que je n’avais pas ressenti d’urgence à l’être. Dans un couple hétéro en France, l’homme a en moyenne 2,5 ans de plus que la femme. On devient père à 32,5 ans et on devient mère à 29,5 ans. Ça fait 2-3 ans de plus que les hommes ont pour s’amuser, pour avoir des aventures, aller à des fêtes, avancer dans leur carrière, boire des shots et jouer à Jackass. Ça fait 2-3 ans de plus sans le poids des responsabilités.

Les hommes sont plus âgés dans les relations parce qu’on a appris aux femmes à désirer des hommes “un peu plus mûrs”. Que les hommes sont plus beaux en vieillissants. Les mecs, par contre, ont intégré que la femme la plus attirante est forcément très jeune. Que c’est normal d’avoir un certain ascendant dans leurs relation du fait d’être plus âgé. On met la pression aux femmes sur leur fertilité… mais c’est uniquement parce que les études ne s’intéressent quasiment jamais à l’âge des pères.

En vérité il semble que nous aussi soyons beaucoup moins fertiles après quarante ans. Personne pourtant ne nous met la pression sur notre horloge biologique. On s’imagine tous qu’on pourra encore devenir père à 73 ans comme Charlie Chaplin alors qu’en réalité, d’ici là nos spermatozoïdes auront la vivacité d’un zombie de la Nuit Des Morts Vivants.

5-ideal

Disons-le clairement : on vole des années de leur jeunesse aux femmes. Mais ce n’est pas tout, on leur vole aussi leurs dernières années : l’espérance de vie en France c’est 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes. A cause, en partie, de nos comportements “immatures” dangereux, nous partons souvent les premiers (notons cependant que cette surmortalité est aussi parfois liée à des carrières plus dangereuses). Ça veut dire, bien souvent, que nos épouses sont là pour prendre soin de nous jusqu’à la fin mais qu’on les laisse ensuite seule, non pas juste 5,9 ans (la différence d’espérance de vie) mais 8,4 ans, car, rappelez-vous, elles sont plus jeunes que nous.

Franchement, on aurait voulu monter un plan machiavélique pour éviter nos responsabilités, on n’aurait pas fait mieux. Et je ne parle même pas de la façon dont on use du mythe de la fille qui mûrit vite pour justifier des viols pédophiles.

Mais pourquoi on se comporte comme ça ? La réponse est simple : parce-qu’on le peut. Pour les pères par exemple, rien de plus simple que d’échapper à nos responsabilités. Ainsi, l’ARIPA a été créée l’an dernier pour recouvrir les pension alimentaires impayées (qui ne paye pas ? Un indice : c’est pas les mamans). Et l’ARIPA est très fière d’annoncer que désormais 62% des pensions alimentaires sont versées dans les temps. Ça veut dire qu’on est toujours à 38% de mauvais payeurs. C’est pas vraiment un chiffre dont on peut se vanter.

L’immaturité des hommes, n’est pas un problème d’hormones, un syndrome de puberté tardive : c’est l’insouciance des dominants. Et cette idée que les hommes mûrissent moins vite ne sert pas à dire du mal des hommes, mais à justifier le mal que nous faisons.

Les clichés sur les hommes virils plus intelligents, plus forts, davantage maîtres d’eux-même ont longtemps servi à justifier la domination masculine et à laisser aux femmes le travail domestique. Aujourd’hui les clichés sur les hommes immatures, un peu bêtes, incapables de trier le linge correctement nous servent à éviter nos responsabilités et à ne toujours pas trier le linge. Et on n’a aucun mal à faire cohabiter les deux clichés tant que ça nous arrange.

4-oscars

Cette auto-infantilisation masculine, nous en payons le prix. Parce que nos comportements dangereux finissent par nous faire du mal. Parce que nous finissons blessé, mort prématurément ou en prison dans certains cas les plus extrêmes, oui. Mais plus discrètement, nous en payons le prix en nous coupant de la possibilité de relations plus enrichissantes avec des personnes moins jeunes. En nous privant simplement de toute la richesse intellectuelle et émotionnelle d’une vie d’adulte. Je suis un papa qui approche la quarantaine et je vous jure, ça peut être cool. Évidemment, ce prix que nous payons est bien petit comparé à celui des personnes que nous blessons, mettons en danger, exploitons. Mais demandons-nous, le plaisir d’être un grand gamin irresponsable vaut-il vraiment tout ça ?

Alors maintenant, on fait quoi ? L’association Abandon De Famille – Zéro Tolérance lutte pour le recouvrement des pensions alimentaires impayées et mérite votre soutien. On arrête de propager le mythe de l’immaturité masculine. On change nos filtres sur les sites de rencontre pour cesser de draguer des filles qui ont dix ans de moins que nous. On se comporte en adulte responsable et on arrête de se plaindre des clichés sur les hommes. On les rend faux.


À lire :
– Ce coup de gueule contre l’arnaque à la maturité chez Paie Ton Reloud a inspiré cet article.

Thomas Messias sur la figure de l’homme immature dans la comédie française.

– Un épisode sur les femmes âgées de Un Podcast à Soi par Charlotte Bienaimé

Daphné Leportois sur le silence autour de l’âge des pères.

Advertisements

18 thoughts on “Pourquoi les hommes sont plus immatures.

  1. Chouette, un nouvel article du Mecxpliqueur ! Que je viens de lire avec attention, comme tous tes articles.
    Alors plusieurs choses sur ces pistes de réflexions (car oui il y aurait tellement à dire, à creuser, à approfondir que j’y vois plus un côté “billet piste de réflexion qui ouvre des portes” qu’un côté “billet abouti qui répond aux questions”)

    Déjà, sur “l’immaturité” des hommes : étrangement, cette immaturité, on ne la trouve pas dérangeante quand il s’agit de leur donner des postes à responsabilités. Par contre c’est OK quand ils balancent des blagues sexistes parce que bon, euh ils sont immatures, les hommes sont de grands enfants. A ce sujet d’ailleurs, le rapport du haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes se focalise sur le sexisme dans l’humour. Edifiant. Mais bon, c’est pour rire, si tu prends mal ces blagues c’est que tu es une coincée sans humour. Bref, sortons de la digression, mais cette immaturité, elle est drôlement à géométrie variable quand même. Parce qu’au moment de la promotion, c’est souvent qu’on la refile à Paul, 28 ans, qu’à Elise, 32 ans. A compétences égales, étrangement l’immaturité des hommes n’est plus un obstacle. Et la paternité ? Encore mieux, ça le “posera” (tandis que la maternité ? Ca la rendra moins dispo). C’est dommage, mais bon, moi j’ai de la chance, je suis une femme, je suis mature au moins.

    Ensuite, sur l’immaturité dans la sphère privée et domestique… Ah c’est certain que c’est un sacré argument pour ne pas prendre sa charge. Pour continuer à faire la fête en laissant le bébé à la charge des mamans. Mais bon, elles, au moins, elles sont matures. Et la société là-dessus n’aide pas. On ne verra jamais le problème d’un mauvais oeil un témoin à un mariage qui organise un enterrement de vie de garçon un 15 août, qui se barre donc en plein été, en prévoyant qu’il laissera sa conjointe, la fiancée du futur marié et une autre conjointe toutes les trois seules, en plein été, avec chacune avec un bébés de 2 mois (si ça sent le vécu, c’est parce que ça l’est). Tandis qu’une femme qui ose sortir de chez elle jusqu’à 21h30 seule, sans son conjoint, tant que sa progéniture n’a pas l’âge de s’ouvrir son propre PEL, c’est une mauvaise mère. Mais bon c’est normal, elle est mûre, elle.

    Et sur la pression sur la maternité et en symétrie l’absolue non pression sur la paternité : c’est très vrai, et un réel impensé social. A tel point que le rapport parlementaire sorti récemment sur la révision de la loi de bioéthique parle des maternités tardives. Mais sans jamais les lier aux paternités tardives. Non, on dit que les femmes veulent maintenant faire carrière, être installées dans la vie, mais jamais qu’elles ont des compagnons qui ne veulent pas d’enfants. Du moins pas avant d’être vraiment, vraiment adultes, quand il auront 49 ans environ.

    Liked by 2 people

    1. Coucou à toutes et tous, je ne connaissais pas le ‘mecxpliqueur’, et je trouve interessant le fait que s’il n’explique pas grand chose, comme l’intitulé du blog le laisse à penser, il a le mérite de ne pas être complaisant avec la gent masculine..ce qui me semble injustement ignoré par Colombe Vintage, à qui se destine plutôt ma réponse..
      Colombe, vous semblez nourrir un certain mépris de genre vis à vis des hommes.
      Avoir subi les âfres de l’inconséquence masculine vous permet-il de tous les mettre dans le même panier ?
      Votre obsession sur l’évolution de carrière, teintée de jalousie qui me semble non-dissimulée, et donc à priori assumée, me donne à penser que votre raisonnement est biaisé par une adhésion sans bornes aux princes capitalistiques, qui hélas, impulsent les grandes orientations, les codes de notre société dans son ensemble…
      Se marier au mois d’août, faire une soirée d’enterrement de vie de garçon, ou son pendant féminin, courir après une promotion..votre argumentaire est jonché de règlements de compte, ce qui à mon sens ne plaide pas pour croire en votre bonne foi..ce que personne ne vous a demandé par ailleurs, mais qui dessine l’image d’une femme frustrée de ne pas être un connard de mâle dominant à la pensée mainstream, égoïste, qui écrase tout sur son passage, en jouant cyniquement sur les deux tableaux quand ça l’arrange…
      Je vous assure que les hommes qui semblent vous entourer ne sont pas à l’image de beaucoup d’autres, qui hélas ne font pas les couvertures de magazines, ne votent pas les lois, ne postent pas sur les réseaux sociaux, qui en somme ne sont pas prescripteurs, dans cet hexagone de consommation et de domination capitalistique..
      je ne vous connais pas, donc je ne pourrais m’estimer déçu par votre laïus, mais mettre tous les hommes dans le même sac comme vous le faites me donne l’impression d’un abandon de la pensée critique en rase campagne, au simple stade de la cour de récréation, malgré quelques diversions matérialisées par des évocations de rapports réputés sérieux..un peu mince pour cacher une motivation moins avouable.
      Casser du mec.
      Il est peut être encore temps de changer de sexe ? Ou d’arrêter d’infuser dans son bocal ?
      Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et bonne nuit*

      Like

      1. Déçu, vous l’êtes visiblement pour pondre un commentaire aussi long (et ampoulé, et indigeste).
        Colombe ne fait que reprendre et appuyer les propos de l’article (très bon au passage !), qui ont l’air de moins vous déranger lorsqu’ils sont écrits par un homme 😉
        En tout cas, l’occasion est parfaite pour suggérer au Mecxpliqueur un nouvel article sur le mansplaining !

        Liked by 1 person

      2. Whaou une femme ose prendre la parole…heureusement que des hommes sont la pour lui faire une psychothérapie tout en lui disant de se taire….

        Like

  2. À l’attention particulière d’égalitaria : je ne vois pas en quoi Colombe appuie les propos du Mecxpliqueur, ça m’évoque plus quelque chose d’un brin paternaliste et vaguement hautain, qui sent la rancoeur mal digérée..et qui me paraît plus dresser les sexes les uns contre les autres (si j’ose dire), sans chercher à approcher un terrain d’entente..mais est-ce le but de Colombe ? Personne ne l’y pousse j’imagine, ce que je voulais dire c’est que Colombe semble avoir un a priori de genre sur l’ensemble des hommes..

    Et quant à mon style ampoulé, et indigeste, c’est bien pratique de critiquer la forme sans parler du fond.
    Il est vrai que si j’avais agrémenté ma diatribe de sanctions vulgaires et machistes, cela vous aurait plus facilement donné matière à critiquer le fond de ma pensée.
    Désolé de ne pas considérer que vous êtes une pétasse aigrie et mal baisée.
    Et pas besoin d’être un mec pour écrire ce genre de choses…

    Like

    1. Attention entre ce commentaire et le précédent, tu es à deux doigts que j’efface tout.
      Je ne vais pas te répondre points par point, tes commentaires ne le méritent pas. D’autres personnes ont déjà dit “not all men” mieux que toi, et de nombreuses personnes ont démontré l’irrecevabilité de cet argument bien mieux que je ne saurais le faire.
      Dans tous les cas : arrête tes attaques personnelles sur les autres personnes commentant ou je te bloque.

      Like

      1. Ok, donc à partir du moment où d’autres ont dit ‘not all men’ mieux que soi, on devrait se taire, et ne pas tenter de se faire comprendre ? Désole de ne pas m’être cogné toute la littérature mondiale, et par conséquent de savoir ce qui a été dit, ou pas.

        De la modération à la censure, il n’y a qu’un pas..quoiqu’il en soit c’est gentil de prévenir en public, et prévenant, merci.

        Alors si on veut bien se donner la peine de relire mon premier message, malgré son style discutable (encore heureux), on pourra déceler que mon argumentaire numéro un et que la société pousse les femmes à agir aussi mal que les hommes, sous prétexte d’égalitarisme..mieux vaut prendre les femmes comme modèle, que le rouleau compresseur du mec dominateur, esclavagiste à l’égo boursouflé, en un mot capitaliste.

        Plus en avant, je trouve assez gonflé que vous me reprochiez (en me tutoyant, d’ailleurs) des attaques personnelles, en affichant un tel mépris envers ma personne…nous n’avons point élevé les tortues ensemble, à priori.

        Et pour terminer, les menaces de me bloquer…nan mais franchement, vous ne faites pas assez confiance à vos lecteurs pour distinguer le bon grain de l’ivraie ?

        Merci en tout cas de prendre le temps de me lire, et de me répondre, même succinctement.

        Like

  3. Coucou Mecxpliqueur,
    Je suis fan ! Est-ce que vous auriez un email où vous écrire ? Ma sœur et moi sommes en train de réaliser une grande enquête sur les différents modèles de féminisme qui répondraient aux différents modèles d’inégalités entre les hommes et les femmes. Pour le modèle « Français », on n’a pas d’homme !! Et je vous adore, et je voulais avoir votre avis.
    Marie

    Like

  4. Très intéressant.
    A part tous vos arguments, valables : Est-ce que les hommes ne seraient pas “matures” plus tard que les femmes parce qu’à la naissance ils sont moins prédéterminés?
    La capacité de donner la vie n’est pas rien -:) Il est normal qu’elle oriente les filles – en partie, mais en grande partie – vers la maternité.
    Les garçons jouent plus qu’elles – ou, plutôt, ils jouent à un éventail de jeux plus ouvert. Ils s’entraînent à répondre à ce que la société leur demandera – leur imposera. Ils mettent plus de temps à faire le choix de vie, de se “spécialiser”.

    Like

    1. Je ne suis pas certain de bien comprendre votre argument mais en général je me méfie des théorie essentialisantes comme celles-ci. Il y a plein de sociétés où les hommes “murissent” plus vite. Ce n’est pas une question de biologie.

      Like

      1. Merci pour votre commentaire.
        Il y a des sociétés plus simples que la notre, avec les rôles masculins définis sans trop de “marges”.
        La biologie doit tout de même jouer un peu… et aussi l’attitude des parents par rapport à leurs enfants, la manière dont ils les éduquent en fonction de leur sexe.

        Like

  5. Classique, vous confondez espérance de vie [à la naissance] et longévité (lire par exemple https://twitter.com/Fabiensapiens/status/1088872472135548929), nous le faisons tous mais ici ça nuit en partie à votre démonstration.

    Accompagner son enfant chez le médecin n’est pas un signe de maturité mais de courage face à la hiérarchie, aux collègues : annoncer “je peux pas, j’ai pédiatre” est souvent mal perçu encore plus quand c’est un homme.

    De mon point de vue, amener de sa propre initiative, un enfant chez un pédiatre est un signe immaturité. En fait, c’est un signe d’ignorance : le pédiatre est un médecin spécialiste qu’on ne va voir que sur conseil du médecin de famille pour les pathologies graves de l’enfant.

    Et si l’immaturité des hommes n’était qu’un manque d’éducation dans leur enfance (trop assurée par la mère) qu’ils doivent rattraper à l’âge adulte. Bien souvent, les adultes refusent d’apprendre (sur ce point, je n’ai pas vu de différence homme/femme) et donc ce déficit d’éducation se rattrape peu.

    Pour contredire les misogynes, les hommes seraient immatures parce que les femmes ne sont pas assez féministes.

    Like

    1. Merci pour cette précision sur la longevité, il faudra que e me penche sur les données quand j’aurais plus de temps. Je préseume cpendant que la différence sera moins flagrante que pendant la préhistoire, la mortalité infantile étant heureusement moindre aujourd’hui.

      Votre point sur les pédiatres me semble à la fois trop tatillon (il y a différentes situations, différents âges, où l’on consulte d’abord un pédiatre) et trop fantasque (en faire un signe d’immaturité, franchement ?). Pour mieux comprendre ce dont je parle, et pourquoi j’ai choisi cet exemple, je vous invite à consulter ce compte Twitter : https://twitter.com/chargementale

      Je ne peux absolument pas vous suivre sur l’argument (qu’on peut qualifier de misogyne) de l’éducation. Avec ce genre de raisonnement, c’est toujours, forcément, la faute des femmes. Mais nous ne sommes pas éduqués qu par nos parents. Nous sommes formés par les normes qu’on observe autour de nous. Y compris par les modèles masculins.

      Like

      1. Le pédiatre n’est pas nécessaire pour les enfants en “bonne santé” : un bon médecin généraliste est celui qui sait quand il ne peut pas et envoie vers le spécialiste. J’ai le souvenir de collègues qui nous reprochaient que nos enfants n’étaient pas suivis par un pédiatre. C’est la pire visite à un médecin pour mes enfants que j’ai pu vivre.

        Excellent “ChargeMentale Pédiatrie”, il manque un “laisse, je ferai mieux que toi” par un homme ou une femme pour une activité genrée homme ou femme. Une attitude à combattre quand on la subit ou quand on la fait subir (dans ce dernier cas, le pire est de passer après pour refaire).

        La phrase “les hommes seraient immatures parce que les femmes ne sont pas assez féministes.” est une provocation basée sur le constat d’une implication insuffisante des pères dans l’éducation de leurs enfants.

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s