Contre le syndrome du Nice Guy: Non, vous n’êtes pas un Gentil Garçon

Le Gentil Garçon, plus connu sous le nom de Nice Guy, c’est une espèce très particulière bien connue de nombreuses femmes sur internet et dans la vie. A priori, on veut tous être un gentil garçon mais, pour paraphraser Bon Jovi, le Nice Guy donne mauvaise réputation à la gentillesse.

Le Nice Guy a l’air gentil mais avant même qu’il se révèle complètement pour ce qu’il est (un gros misogyne), on peut flairer le Nice Guy à son fumet misandre. Le Nice Guy croit à une histoire, un mythe, dans lequel il est un héros avec un ennemi naturel, le Bad Boy.
Dans cette histoire que se raconte le Nice Guy, le Bad Boy est ce type qui séduit les femmes en les traitant comme de la merde, parce qu’elles adorent ça, les femmes. Le Bad Boy est un macho, un queutard, pas du tout comme le Nice Guy qui est galant et romantique.

Le Nice Guy pense littéralement que la plupart des hommes sont méchants : plutôt que d’accuser à tout va les féministes d’être misandres, on devrait peut-être se pencher sur le cas de ces mecs. Évidement, il pense qu’il est l’exception à cette norme. Et cette vision manichéenne l’assure que tout ce qu’il fait est bon et gentil, parce qu’après tout, il est un nice guy.

Mais le Nice Guy se révèle vraiment quand on lui dit non. Parce qu’il est tellement persuadé d’être différent, et parce qu’il a une vision transactionnelle des relations humaines, il est persuadé qu’en se montrant un minimum décent envers une femme, il a mérité des relations sexuelles et/ou romantiques avec elle. Mais ce sont les autres qui sont méchants, hein.

1-guy-nice

Le plus souvent, le Nice Guy va être un peu odieux avec la personne qui l’a rejeté, souvent il fera des remarques misogynes et puis orientera toute sa gentillesse vers la proie suivante, apportant sa petite pierre à l’édifice de la misogynie. Mais dans les cas extrêmes, les conséquences peuvent être plus immédiatement tragiques.

Le pire Nice Guy du monde s’appelait Elliott Rodgers. Après avoir échoué à séduire en tant que Nice Guy et avoir échoué à devenir un Bad Boy en rejoignant la communauté des Pick Up Artists, Elliott Rodgers a publié une vidéo sur Youtube dans laquelle il montrait qu’il était persuadé de la véracité de toute cette trame narrative et que, se sentant comme le grand perdant de l’histoire, il allait se venger contre les femmes et les hommes qui les séduisent. Il a pris une arme à feu et tué six personnes et en a blessées 14 autres avant de se donner la mort.

Pour alléger l’ambiance, faisons un petit aparté sur la galanterie : tenir la porte, payer le restaurant, être courtois… C’est paternaliste. Ça crée très vite des relations de subordination ou l’impression d’un dû. Mais personne ne vous demande de devenir des goujats. Plutôt que la galanterie, on vous suggère de tester cet autre concept : la politesse. Tenez la porte aux femmes et à tout le monde. Proposer d’inviter au restaurant les personnes que vous aimez, sans l’imposer ni rien attendre en retour. Apportez vos propres capotes quand on vous invite à une orgie, et puis une bouteille ou des fleurs c’est toujours sympa, quel que soit le genre des personnes avec qui vous allez coucher. Je suis certain que Nadine de Rothschild a écrit un chapitre sur la politesse en partouze.
Et puis tenez vous à droite dans les escalators, merde, je suis pressé moi.

2-bonne-idée-mauvaise-idée

Etre gentil, c’est la base. Ça ne mérite pas une récompense. Pourtant c’est très souvent récompensé ! Par un sourire, par un merci, par de l’amitié ou des chèques cadeaux valables dans toutes les enseignes participantes.

Mais si vous attendez une récompense, vous n’êtes pas gentil mais simplement calculateur. Montez donc une startup et disruptez la gentillesse en envoyant des autoentrepreneurs à vélo faire des actes gentils contre rémunération. Je ne vais pas vous arrêter. Mais vous n’êtes pas un vrai gentil.

Il n’est pas suffisant d’être bien élevé et bienveillant pour mériter quoi que ce soit dans la vie. Vous n’êtes pas un féministe juste parce que vous traitez votre copine et votre maman à peu près correctement, pas plus que vous n’êtes un grand humaniste juste parce que vous ne donnez pas de coups de pied aux SDF dans la rue.

Qu’avez-vous fait dernièrement pour détruire la masculinité toxique et abolir le patriarcat ?

4-tete

Mais même si vous faites ça (sérieusement, faites pas ça, la violence c’est mal, sauf entre adultes consentants). Même si vous détruisez le patriarcat par amour, donc, l’objet de votre affection ne vous devra ni affection, ni sexe. Le consentement, ça ne marche pas comme ça.

Si vous ne voulez pas être un nice guy, commencez par abandonner l’idée que l’amour ou le sexe peuvent vous être dus. Certaines choses n’obéissent pas à une logique marchande.  Si vous désirez l’amour d’une personne, dites lui ce que vous ressentez plutôt que de multipliez les actes de gentillesse en espérant qu’elle comprenne.

Ensuite, oubliez aussi cette idée qu’il y a des gentils et des mauvais garçons. Il y a des personnes qui se comportent correctement à un moment donné et d’autres pas, et en tant qu’être humain vous êtes toujours susceptible de faire l’un ou l’autre. Evaluez donc vos actions indépendamment de l’opinion que vous avez de vous même et des autres, et vous éviterez de commettre tout un tas de bêtises ou de penser mériter des choses qui ne vous sont pas réellement dues.

A lire:

Ca Fait Genre sur Elliott Rodgers, le nice guy tueur

Portrait robot de Poire Le Nice Guy chez Les Questions Composent

Advertisements

11 thoughts on “Contre le syndrome du Nice Guy: Non, vous n’êtes pas un Gentil Garçon

  1. J’adore, ça répond à tous les mecs qui commentent les vidéos ou articles sur le harcèlement de rue en disant « oui mais moi je suis respectueux et du coup on risque aussi de le prendre mal si j’aborde une fille »… 😀

    Like

  2. Reblogged this on Vous n'êtes pas ici and commented:
    Le Mecxpliqueur revient sur l’archétype du Nice Guy (Gentil Garçon). On croirait avoir fait le tour du concept et que maintenant ça y est on a compris, hein ? Ben non, toujours pas.

    Note pour plus tard : faire une bafouille là-dessus moi aussi, en revenant sur l’idée de “conquête” et de “friendzone”.
    Qui sait, à force, ça finira bien par rentrer.

    Like

    1. J’ajouterais aussi un concept à oublier : la « conquête ». Comme si le fait d’entrer en relation avec quelqu’un était une victoire individuelle contre un adversaire à (con-)vaincre.
      Tu as aussi habilement évité la « friendzone », probablement parce que ce mythe est vaste lui aussi. J’espère que ce sera l’occasion d’un autre article (avec des dessins ! ).

      Like

      1. Merci ! Il y aurait en effet encore beaucoup à dire. D’ailleurs cet article a commencé en parlant de la friendzone, mais quand j’ai commencé à faire une tangente très longue sur les Nice Guys, Jr me suis dit que la friendzone attendrait car ils méritaient leur propre article.

        Liked by 1 person

  3. Dommage que le terme Nice guy soit employé ici pour parler de personnes qui n’ont rien de ‘nice’ et du coup pourquoi cet emploi? Ne peut-on pas trouver un autre terme? Histoire que les vrais nice guys (nice avec tout le monde sans attente de retour) ne soient pas mélangés à ces faucons malé..levés..
    Et sinon sur le fond merci pour l’article! 🙂

    Like

    1. Ce serait bien de pouvoir utiliser un autre terme mais difficile d’en changer tant que les personnes qui auront ce comportement se décriront elles même comme des “nice guys” et tant que les médias nous expliquerons que les violeurs ne sont “pas des méchants garçons” https://parismatch.be/actualites/societe/49399/conferencier-ihecs-demeuldre-sexisme-racisme#
      Ce sont eux qui justifient qu’on se méfie du “nice guy”, pas les féministes qui ont décrit le phénomène.

      Like

  4. Il y a un truc que je n’ai jamais osé poster sur les billets qui traitent du nice guy parce que le sujet est souvent abordé par des femmes victimes de Nice Guys mais je pense que cette page est peut-être plus adéquate : je trouve qu’en plus d’être un connard calculateur et misogyne, le nice guy tombe complètement dans le panneau du patriarcat qui lui impose de baiser pour s’épanouir. Donc je ne dis pas qu’il est une victime, mais qu’une partie de sa frustration n’est pas forcément étrangère au diktat selon lequel il doit “baiser” pour être “un vrai bonhomme” et qu’il est possible que cette frustration joue un rôle dans le passage à l’acte lorsque le Nice Guy devient un criminel. Là où le Nice Guy est quand même bien misogyne, c’est qu’il lui serait plus constructif de prendre le problème à la source d’aller militer contre le patriarcat qui lui renvoie une mauvaise image de lui, plutôt que d’aller insulter, harceler, manipuler et tuer des femmes…

    Liked by 2 people

    1. Toi : il a utilisé un stéréotype de gamer totalement infondé. Tout le monde sait qu’il n’y a aucun problème de misogynie chez les communautés gamers.
      Moi, un intellectuel: “hinhin j’ai écrit Jeux Vidéos avec un S pour troller Netsabes”

      Terrible, cette oppression que subissent les gamers, je compatis, pauvre petit chou.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s