Comment draguer une femme (sans être un relou)

On a tous en tête une certaine idée de comment la séduction hétérosexuelle doit se dérouler. On a appris ce scénario dans les films, à la télé, dans les livres, les magazines, parfois via les grands frères, les papas ou les youtubeurs. Parfois on a été jusqu’à faire un stage de séduction avec un “artiste de la drague” ou pick-up artist, (la lie de l’humanité, faudra que je fasse un article sur eux). Parfois on l’a même appris d’une femme.

En gros, ce que tout ce beau monde nous dit, c’est que nous, les hommes, on doit draguer les filles. La réciproque serait bizarre. Les filles, elles doivent résister. Dire non. Parce qu’elles sont pures et chastes et que nous sommes des héros téméraires partis à l’assaut de l’hymen et du consentement. C’est le début d’une parade nuptiale qui s’achèvera avec un mariage, des bébés et une super histoire à raconter aux petits enfants: “Au début elle m’a dit non mais j’ai insisté et insisté comme Romeo ou Han Solo, et j’étais si relou qu’elle a fini par céder”.

“Awwww papy, mais c’est du harcèlement” nous dirons nos petits enfants dans la société toute déconstruite du futur.

On a appris à s’attendre à ce que les femmes disent “non”, mais qu’au fond, sûrement, elles pensent oui. Ou qu’elles peuvent être persuadées par un grand geste romantique impliquant de leur courir après dans un aéroport, de leur faire livrer des fleurs, ou de leur envoyer des dick pics en DM – oui moi aussi ça m’intrigue. Nulle part on ne nous a appris à faire la différence entre séduction et harcèlement, entre une femme qui dit non et une femme qui dit “surprends-moi”.

On se retrouve donc dans une situation absurde, où des mecs désemparés draguent partout, tout le temps, souvent sans se faire eux-mêmes d’illusions sur leurs chances de succès. Ils abordent les filles dans la rue, dans les bars, partout. Parce qu’ils se disent qu’ils ont 0,01% de chance de tomber sur une fille qui apprécie et qu’ils se sentent donc obligés de multiplier les prises de contact. Sur internet ils copient-collent un message type “slt sa va tu es bonne” et l’envoient à mille femmes.

dickpic

On rigole bien mais le harcèlement quotidien, pour les femmes, c’est pas une réalité rigolote. Elles ne se sentent pas flattées par l’attention, contrairement à ce que certains semblent croire. Et parce que nous ne comprenons pas quand on nous dit non, ça peut finir de manière violente, verbalement ou physiquement. Un viol, ça commence plus souvent comme une tentative de “drague un peu lourde” qu’avec un mec cagoulé qui se cache derrière un buisson.
Alors je vais vous demander de faire un truc : quand une fille repousse vos avances, laissez tomber. Même si vous pensez que peut-être ce “non” est un “oui” pudique, vous n’avez aucun moyen de le savoir. Refusez de jouer ce jeu.

Le truc très difficile à comprendre pour un mec, c’est que oui, si tu ne tentes pas ta chance, si tu n’insistes pas quand la fille ne semble pas intéressée, parfois tu vas rater une occasion. Sauf que peut-être – grande révélation – peut-être que c’est pas grave.
Il faut arrêter d’agir et de penser comme si les femmes étaient une ressource rare. Les femmes c’est pas du pétrole ou de l’héroïne. C’est pas l’Épice dans Dune.
En fait il y a à peu près autant de femmes que d’hommes sur Terre, et la grande majorité est hétérosexuelle et monogame. Si tu rates une chance, il t’en reste trois milliards.

DUNE.png

 

Peut-être que vous êtes en train de vous demander si vous êtes relou avec une femme et que vous avez honnêtement du mal à le savoir. J’ai une super technique pour vous, un vieux secret que les pick-up artists ignorent mais qui va faire beaucoup de bien à votre game : demandez à la femme ce qu’elle pense. Dites lui: “Arrête moi si je t’embête”, “si je suis relou, dis-le moi”, “Est-ce que tu es OK avec ça?”.

Si votre démarche lui parait bizarre, vous pouvez même lui envoyer cet article.

MAIS il reste une ultime épreuve à surmonter : certaines femmes ne vont pas vous dire clairement “non”. Fatiguées voire traumatisées par des mecs qui ont très mal réagit à un refus, elles préfèrent le silence, ou une formule polie. Si elle vous dit “merci mais je suis très occupée en ce moment”, ça ne veut pas forcément dire “réessaie dans dix minutes”. Même si elle a montré de l’intérêt à un moment, elle a le droit de changer d’avis.
Apprenez à reconnaître les signes d’un refus poli, vous ferez gagner du temps à tout le monde.

hermite.png

 

Si malgré tous ces conseils vous avez encore des doutes, n’hésitez pas à envoyer vos histoires et vos screenshots à lemecxpliqueur@gmail.com.

Et puis je sais que j’avais promis de ne pas m’adresser qu’aux hétéros, donc je lance un appel à mes lecteurs gays : envoyez-moi un mail ou un DM, j’ai besoin de vos témoignages pour un prochain article sur la séduction entre mecs.

A lire:

Crêpe Georgette sur le mythe du “dragueur lourd” http://www.crepegeorgette.com/2016/05/09/dragueur-lourd/

Les raisons qui font que nous ne comprenons pas le consentement chez Cracked : http://www.cracked.com/blog/how-men-are-trained-to-think-sexual-assault-no-big-deal/

Paye Ton Reloud, le blog qui nous montre tout ce qu’il ne faut pas faire: https://paietonreloud.wordpress.com/

Advertisements

28 thoughts on “Comment draguer une femme (sans être un relou)

  1. Sympa de généraliser avec le “nous” à l’ensemble de la caste “mâle”. Comme quoi les clichés ont la vie dure partout. Je ne nie pas que ce phénomène existe et qu’il faut lutter contre – mais c’est fatiguant ces pamphlets binaires et généralisateurs. La drague subtile et intelligente existe, bien accompagnée d’une acceptation du “non” tout à fait réelle. À creuser….

    Like

    1. Ouais, mon premier commentaire “not all men”! Je vais répondre rapidement pour l’instant, ça mériterait sans doute tout un article. D’autres l’ont déjà fait de manière très éloquente mais le message a encore besoin d’être répété visiblement.
      Quand j’écris “nous”, je m’inclus car j’ai été élevé dans un patriarcat, avec certaines valeurs. Mes parents ont fait ce qu’ils pouvaient, je me comporte du mieux que je peux dans ma vie de tous les jours et j’essaie de faire mieux avec mon propre fils, mais ce serait bien naïf de croire que je vais tout seul, parce que je l’ai décidé, me libérer du jour au lendemain de tout ce que la société me répète depuis que je suis né: que les hommes doivent se comporter d’une certaine façon et pas d’une autre, que la séduction se passe selon un scénario immuable, etc… Tout ça nous affecte de façon plus ou moins évidente, qu’on le veuille ou non. Pour moi la subtilité est là, justement.

      Like

  2. Coucou et merci pour tes articles !
    Je trouve aussi – en tant que femme – qu’une démarche de drague respectueuse commence par se présenter soi, proposer de donner SON numéro, par exemple… Car si la personne qui drague demande des renseignements sur la personne abordée, lui fait des compliments, etc. celle-ci peut se sentir agressée, peu importe le ton, par le caractère intrusif de la communication.
    Si on commence par donner ses propres informations, la personne draguée est libre de refuser, de dire qu’elle n’est pas intéressée, etc. Ce sera plus facile d’opposer un “non” franc au besoin, et donc plus agréable pour tout le monde !

    Like

  3. Yep ! Merci, ça fait du bien de te lire parce-que t’écris simplement et clairement.
    À l’âge de 18 ans, lors d’une soirée j’ai embrassé une fille de force. Quelques secondes, ce que d’un autre temps on appelait un baisé volé et qui n’est autre qu’un acte de violence.
    Je sais pas de quand date la prise de conscience, je pense qu’à l’époque je savais déjà un tas de trucs sur le patriarcat, la domination, ça m’a pas empêché d’être un connard.

    Like

    1. Il y a malheureusement un monde entre comprendre la domination masculine et changer nos comportements (ce qui de toute façon ne serait pas suffisant, la solution à un problème systémique ne pouvant être individuelle).
      C’est quelque chose que j’essaie de garder à l’esprit quand j’écris : nous faisons partie du problème, nous les hommes, aussi bien intentionné soyons nous.

      Like

      1. Oui, c’est un leurre de croire changer la société par la transformation individuelle. C’est le discours libéral à la con que nous sert tous les chantres du développement personnel. C’est donc qu un début que d’essayer de comprendre les mécanismes de dominations et d’éviter de s’y complaire. Ensuite on s’organise collectivement et donc politiquement (je parle pas des partis mais du sens premier) pour transformer le monde. Mais face à la vague de la petite solution individuelle, du petit coin de paradis, où ne compte que son confort, son régime alimentaire “gluten free” et son transit intestinal, on est mal barré. Tas qu’à voir tout ce délire autour des vaccins à l’heure de la constitutionalisation de l’état d’urgence et de la loi “Travaille!”

        Like

  4. Bonjour,

    Je viens de tomber sur ton blog que je trouve intéressant.

    Maintenant si j’ai bien compris ton article (et si je me trompe, n’hésite pas à me le dire 😉 ), tu conseilles de draguer respectueusement de s’arrêter dès que l’on se prend un non ou que l’on voit que l’autre n’est pas réceptif.

    Sauf que le problème n’est pas d’être respectueux de l’autre dans la drague, c’est que la drague en elle même est irrespectueuse.

    Pour paraphraser une phrase de la fameuse vidéo sur le harcèlement de rue qui a bien fait rager le 18-25:

    “Même si tu es l’homme le plus respectueux du monde, même si tu aimes toutes les femmes du monde y compris ta maman, même si tu ne veux pas ennuyer les femmes:

    Tu les ennuis.

    Tu es sans doute le 40ème ce jour à la draguer, donc même fait avec les formes, tu l’ennuies”.

    J’aime prendre cet exemple des gens qui veulent que tu donnes pour une association. Ils sont toujours polis, toujours respectueux, mais quand tu en vois un, il te gonfle déjà avant même qu’il t’aborde.

    La drague devrait donc être banni de la part des hommes qui se veulent respectueux.

    Normalement, si on échange normalement avec une femme (comme on peut le faire avec un homme, et on se rend bien compte que pour beaucoup d’entre nous le problème est bien que l’on aborde pas les hommes de la même façon alors que cela devrait être le cas), parfois des atomes crochus viendrons d’eux même et l’envie mutuelle d’aller plus loin.
    C’est ça une rencontre respectueuse.

    Liked by 1 person

    1. Tout dépend de ce qu’on appelle “drague” et en relisant mon article je me rends compte que j’aurais sans doute du le préciser davantage. Si par “drague” et “séduction” on ne désigne que la pratique d’interpeller une inconnue de façon non sollicitée et/ou dans un contexte inapproprié, je crois qu’on peut simplement dire qu’il faut renoncer à ces pratiques.
      Mais par drague et séduction, j’entendais aussi toutes les formes plus subtiles, et pas forcément moins problématiques au final, d’interaction ayant pour but avoué ou non d’obtenir l’affection ou des relations sexuelles. Le fait est que dans une société patriarcale, il n’y aura pas de relation qui ne sera pas affectée par la domination masculine. Le mieux qu’on puisse faire, c’est en prendre conscience et agir en connaissance de cause.

      Like

  5. “Le fait est que dans une société patriarcale, il n’y aura pas de relation qui ne sera pas affectée par la domination masculine. Le mieux qu’on puisse faire, c’est en prendre conscience et agir en connaissance de cause”

    Tout à fait d’accord, même si je pense que c’est illusoire de vouloir que tous les hommes hétéros renoncent à échanger avec les femmes sans espérer des choses qu’ils n’espéreraient pas d’un homme….

    Tu peux le faire à titre individuel (c’est ce que je fais), et cela nécessite un énorme travail.
    Mais c’est illusoire de vouloir que la totalité (ou même simplement une majorité) des hommes soient comme ça.

    Trop d’homme ne supportent pas la solitude affective et/sexuelle.

    Like

  6. Salut,
    J’aime beaucoup ce blog, et en tous cas, bien que je ne sois pas d’accord avec tout, il y a des axes de coin intéressant. Mais j’aimerais développer ma pensé sur le sujet.
    En premier lieu, bien que je penses effectivement que certains comportements de séduction (a l’époque actuelle) soient une conséquence de la société patriarcale, j’ai un peu de mal à être convaincu que ceux-ci en soient à l’origine.
    En tout cas, je ne vois pas beaucoup d’hommes autour de moi se comporter en parfait machos dans une tentative de séduction pour imposer son charme.

    Mais il faut bien comprendre alors ce que j’entends par séduction, car c’est là définition qu’on en donne qui est importante. Si l’entreprise de séduire quelqu’un est peut-être la definition Larousse, il faut écarter toutes initiatives qui ne vont pas dans ce sens là. Le frotteur de la ligne 11 de 9h du mat’, le patron qui va faire des allusions graveleuses dans le seul but de mettre mal à l’aise, le gars qui va siffler dans la rue, ou le forceur de boîte de nuit, s’ils conscience de l’aspect désagréable de leur comportement, ne sont pas de la séduction.

    Et s’ils n’en n’ont pas conscience, je leur dirais bien d’ouvrir quelques livres a ce sujet, d’en discuter avec des ami-e-s etc … voir d’aller prendre conseil auprès d’un professionnel, il n’y a pas de honte à cela. Étant d’origine timide, je l´ai fait moi même par ailleurs.

    Au sujet d’ailleurs des coachs en séduction, il y a comme partout : du bon et du mauvais. La triste réalité de notre société veut qu’il y a plus de mauvais que de bon, qui vendent l’alpha mâle ou je ne sais quoi. Mais étant moi même préoccupé par les questions d’egalite et de respect, j’ai trouvé et je peux citer des noms de coachs qui sont dans une démarche progressive.

    Ensuite, j’ai lu plus haut que la séduction impliquait forcément une domination des hommes sur les femmes… là j’ai beaucoup de mal à accrocher. Déjà qui a dit que seul les hommes devaient et pouvaient être actif dans ce jeu ? La société ? … bah justement c’est pas cette société dont on dit qu’il est nécessaire qu’elle change ? … bon je passes l’idée de d’arreter de séduire. Ou si tout simplement : la société change lorsqu’on détruit les barrières, et non lorsque l’on en installe de nouvelles.

    Like

    1. Bonjour et merci pour ce commentaire. Je serais curieux de connaître les noms de ces coaches en séduction progressistes. Ce n’est pas un métier qui a bonne presse et jusqu’ici je n’ai jamais rien vu Pour me faire penser que c’est injustifié (au passage je recommande le livre “alpha mâle” de Mélanie Gourarier qui traite du sujet).

      Je ne veux pas dire que “la séduction implique forcément une domination des hommes sur les femmes” dans le sens où le problème serait la séduction en elle même. Le but de cet article est d’esquisser des pratiques de séductions plus respectueuses. Cependant nous vivions dans une société patriarcale et la séduction hétérosexuelle ne peut exister en dehors de cette société et de ces rapports de domination. Ça veut dire que même si vous êtes le plus gentil des mecs pro féministes, super déconstruit, woke, ce que vous voulez… Et que vous entrez dans un rapport de séduction avec une femme, qui aura beau être une féministe ultra consciente, badass etc… Il y aura tout un contexte que vous ne maîtrisez pas et si te il teintera vos rapports. Par exemple le fait que vos craintes avant un rendez-vous seront que la fille ne vous plaise pas ou de ne pas lui plaire, alors qu’elle craindra plus souvent de se faire tuer.

      Like

  7. Je suis tombé sur ton blog via les circuits militants et franchement, cet article est l’exemple parfait ce qui ne va pas dans la façon dont la plupart des féministes s’adressent aux hommes.
    L’article est intitulé “comment draguer une femme (sans être relou)”, mais le message est “faites ceci pour ne pas être relou (PS : la drague masculine, c’est souvent chiant)”. Merci, mec.

    Désolé mais pour draguer avec succès sans emmerder les femmes, savoir lire les refus polis ne suffit pas.

    La réalité est que la plupart des femmes, féministes ou non, attendent d’un mec qu’il maîtrise les codes sociaux de la virilité traditionnelle.
    Ca NE veut PAS dire qu’il soit lourd, mais ça veut dire qu’il prenne les devant, qu’il commence à sexualiser l’atmosphère, qu’il soit entreprenant, qu’il dépasse soigneusement les limites de la conversation polie, jusqu’à ce que la femme l’imite ou l’ignore/dise stop.
    Sauf que ça, c’est plus compliqué que de dire “le harcèlement, c’est mal”. Et ça ne cadre pas avec le discours militant en 140 caractères.

    Dommage – c’est pas en offrant des phrases toutes faites, des leçons de morale faciles et une bienveillance à sens unique qu’on participera à une meilleure empathie collective, ni qu’on fera avancer la cause des femmes, des hommes ou du féminisme.

    Like

    1. Bonjour. Merci pour ce message, les critiques m’aident à me remettre en question et c’est important, même si je ne suis pas d’accord avec ce que vous avez écrit.
      Si j’ai bien compris ce qui vous dérange c’est que j’insiste davantage sur la partie “sans être un relou” que sur “comment séduire” et j’avoue qu’en soit, c’est assez juste et je comprends que ce titre puisse être trompeur. Cela dit, si vous fréquentez les milieux militants ou ce blog pour y trouver des conseils en séduction, peut-être que vous vous trompez de lieu ?
      J’ai l’impression cependant d’avoir dans mon article à votre argument principale. Peut-être est-il vrai que ” la plupart des femmes, féministes ou non, attendent d’un mec qu’il maîtrise les codes sociaux de la virilité traditionnelle” comme vous dites. Il faut se méfier de ce genre de généralisation bien sur, nous ne sommes pas des femmes et nous ne sommes pas non plus des chercheurs qui ont étudié le sujet. On n’a pas les chiffres. Cependant on sait que ces rôles stéréotypés existent et on une grande influence sur nous et votre hypothèse n’est pas fantasque.
      Bref, une fois ces précautions prises, je vous dirait de relire le passage de l’article où j’explique que peut-être vous allez laisser passer une chance de séduire en ne suivant pas le scénario viriliste que vous décrivez et que… je m’en fous. Et mon conseil c’est de vous en foutre aussi.
      Il y a de pires choses dans la vie que de ne pas “conclure”. Et pour moi parmi ces choses il y a : être victime d’un harceleur ou d’un violeur, ou bien en devenir un. Je n’ai aucune envie de mettre quelqu’un mal à l’aise jusqu’à ce que cette personne disent “stop” comme vous dites. Et si la femme que vous comptez “séduire” a peur de “dire stop” ? Rappelons nous que dans notre société, dire “stop” ou “non” pour une femme, ça n’est pas sans danger. Pourquoi ce serait à elle de porter le responsabilité de vous arrêter ?
      Je ne suis pas sur que ce soit une “leçon de morale facile” de dire tout ça, puisque visiblement c’est difficile à entendre pour beaucoup de mecs que peut-être, ils vont devoir prendre le risque de moins baiser.

      Like

      1. Plus généralement, je pense qu’un mec qui prend soin des femmes ne devrait pas baiser. Ne devrait pas avoir d’aventures d’une nuit et autres choses du style. Mais ne devrait avoir que des histoires “sérieuses”. Ou tout au moins celles où on prend plusieurs semaines à se découvrir avant d’aller au lit ensemble.

        En effet, les coups d’un soir, sont propices à la mauvaise compréhension. Et si tu veux vraiment ne jamais être dans la place du gars à qui la fille a dit oui alors qu’elle n’en avait pas forcément totalement et librement envie, ben il ne faut pas le faire.
        Car forcément sur le lot à un moment, il y a une femme qui ne va pas eu avoir envie. Surtout que souvent, il y a de l’alcool voire pire dans ces dates.

        Pour résumer, un homme bien ne baise pas.
        Un homme bien, prend le temps de connaitre longuement sa partenaire pour justement être sûr de ne jamais être dans la zone grise.

        Like

      2. Bonjour,
        J’ai du mal à comprendre le raisonnement. Pour éviter toute incompréhension (qui pourrait être à juste titre un viol ni plus ni moins), il faudrait éviter les histoires d’un soir ?
        Je ne suis pas adepte de ce genre de pratique dans ma vie privée, je préfère installer des relations émotionnelles plutôt que physiques.
        Néanmoins, d’une part, si on ne peut reprocher à une femme d’être adepte des relations legeres, pourquoi cela doit-il être reproché à un homme ?
        Également, c’est oublier que de très nombreuses situations de viol ont lieu dans des situations de couples longuement établies.
        Je penses que ce genre de développement intellectuel est plus issue d’une forme de puritanisme que du féminisme.

        Like

      3. Oui je suis d’accord avec ça. Il faut vraiment revoir les bases sur le consentement. On pourrait totalement inverser le raisonnement et dire qu’une femme peut donner son consentement enthousiaste pour un coup d’un soir et a le temps d’être manipulée et abusée dans le cadre d’une relation plus longue.
        Je ne suis pas très à l’aise avec l’expression “un mec qui prend soin des femmes” qui semble assez paternaliste. On ne nous demande pas de prendre soin d’un oisillon trouvé dans la rue, juste de ne pas être abusif.

        Like

      4. Il y a une différence entre adopter une bonne attitude et faire des reproches aux personnes qui ne l’adoptent pas.

        Il est évident que fumer est néfaste pour la santé. Qu’une personne qui veut adopter un mode de vie sain devrait s’en abstenir.
        Faut-il pour autant culpabiliser les fumeurs?
        Ben non. Chacun est libre de ses choix. Faut juste les assumer après et ne pas crier à la malchance si la personne a un cancer du poumon.

        Ben c’est pareil pour les adeptes des relations courtes.
        Un mec qui veut avoir la bonne attitude avec les femmes s’abstiendra de le faire.
        Cela ne veut pas dire culpabiliser les adeptes. Par contre si un jour une de ses “conquêtes” viens se plaindre d’avoir été violée, qu’il ne vienne pas se défendre en invoquant la zone grise.

        Like

      5. Alors merci d’abord pour cet aveu quant à vos réelles motivations. Je m’étais abstenu de vous taxer d’insincérité, mais visiblement cette précaution était inutile. Je note deux choses :

        – prétendre donner des “conseils”, éviter la “condescendance” pour ensuite ne pas donner de conseils et être condescendant, c’est une stratégie contre-productive et nuisible.
        Vous ne vivez pas dans une bulle et dès que vous parlez “aux mecs”, à visage découvert, et en vous réclamant du féminisme, vous endossez une responsabilité.
        J’ai passé l’âge de googler “comment draguer sans être relou” (encore qu’y réfléchir ne fait jamais de mal) mais mettez vous deux secondes à la place de votre public théorique – vous savez, celui qui va perpétuer ou non les stéréotypes de genre et le sexisme.
        Dans 90% des cas ce public a le choix entre un discours ouvertement sexiste (pickup artists, bro-talk…), et un discours qui s’arrête à “violer c’est mal, et votre désir nous emmerde”. Vous croyez que ce public va se tourner vers qui à votre avis ?

        – ensuite, tant que votre discours militant fera fi de la réalité dans laquelle vivent les femmes et les hommes, il sera creux.
        Vous savez très bien que maitriser les codes de la virilité est beaucoup plus crucial que ce que vous ne le prétendez. Je vais citer vos mots : avant même de pouvoir “laisser passer une chance de conclure”, un mec doit pratiquement toujours montrer qu’il veut conclure : c’est à lui de prendre les devants, de sexualiser l’atmosphère, etc. Vous le savez : les hommes généralement “portent la responsabilité” des premiers stades de la séduction.

        Ça ne veut pas dire qu’un homme a intérêt à harceler plus pour conclure plus : cette vision “us vs them” selon laquelle l’épanouissement des hommes est plus ou moins nuisible à la sécurité des femmes est le point commun entre vous et les fans de la liberté d’importuner.

        PS : en revanche, lorsque que vous écrivez que “les généralités, c’est très mal” dès qu’on note que les femmes vivent aussi dans des schémas genrés (juste après que vous ayez tartiné des kilomètres de généralités sur les hommes), c’est assez drôle.

        Like

      6. Je ne pense pas que ça serve d’avoir un débat infini, ta position est claire et je pense que la mienne aussi, même si vous ne pouvez ou voulez pas la comprendre. Je vais juste dire que je ne vois pas du tout la différence entre votre discours et celui des masculinistes et autres défenseurs de la “liberté d’importuner”, justement. C’est exactement le discours auquel je m’oppose et je ne pense pas qu’il puisse y avoir de terrain d’entente entre nous.

        Like

  8. Je pense que vous vous méprenez totalement sur la réalité du viol, qui n’est pas une question de relations courtes vs. relations longues.
    Quelques chiffres officiels sur les violences de genre : http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/violences-de-genre/reperes-statistiques-79/

    Notament sur le viol : “-31% des auteurs sont les conjoints vivant avec la victime au moment des faits ;
    -21% des auteurs font partie du ménage mais ne sont pas le conjoint ;”
    Ça fait plus de la moitié des viols au moins qui se produisent dans le cadre d’une relation suivie et pas d’un “coup d’un soir”.

    Like

    1. Oui sauf que là on se place dans la peau de quelqu’un qui veut éviter d’être un violeur.
      Donc de quelqu’un qui prendra le plus de précautions possibles pour l’être.

      A chaque fois que j’ai lu des récits de viols par conjoints, j’ai jamais eu l’impression d’avoir un homme qui avait à tout le moins pris quelques précautions à ce sujet.

      Un mec qui veut éviter le viol et qui veut donc éviter d’être un violeur, pour moi il doit être à l’écoute de sa partenaire. Et surtout comprendre les signaux même non verbaux qu’elle lui envoie (car oui, des fois même un “oui” est un vérité un non. Un oui forcé).

      Le violeur “malgré lui” c’est quelqu’un qui décrypte mal sa partenaire. Qui ne comprend pas que le oui n’est pas un oui franc et massif.
      Et j’ai largement tendance à penser que l’on décrypte plus facilement l’autre si on connait sa partenaire depuis longtemps en ayant toujours été à son écoute.
      Qu’une femme que l’on connait depuis 2h dans un contexte où on a but un verre d’alcool qui nous embrume l’esprit.

      D’ailleurs, autour de vous. Dans les mecs vraiment féministes et respectueux des femmes. Combien de coureurs de jupons il y a?

      Like

  9. Draguer ca viens du vocabulaire de pêche et ca veut dire “racler tout ce qui traine au fond des mers” draguer c’est toujours etre relou car c’est considérer les femmes comme des traînées. Mon conseil, ne draguez pas et ne séduisez pas, attendez que des femmes vous demandent expressément et ouvertement du sexe. Si ca n’arrive jamais c’est pas grave vous pouvez vous branler pour le sexe et avoir des ami.es pour l’affection. Mon droit à etre tranquille dans l’espace publique et dans mes amitiés est plus important que la satisfaction libidinal des hommes.

    Like

    1. Autant je vous rejoints sur l’espace public.

      Autant si vous avez des amis qui vous prennent pour une prise de pêche, je vous souhaite de revoir vos critères sur le choix de vos amis.

      Les cons et autres lourdingues ne sont pas mes amis.

      Et j’ajoute que je n’ai pas d’amies qui me proposent ouvertement du sexe.
      C’est insupportable les hommes qui font cela, c’est la même chose des femmes qui le font.
      Une femme qui fait cela est ouvertement dans la même catégorie que les lourdingues hommes.

      Like

      1. Je dit amis, mais ce sont des ex-amis à partir du moment où ils se sont comportés ainsi en effet ou de simples connaissances. On peu pas savoir a l’avance que telle ou telle personne va vous considéré sexuellement. Si on pouvait le savoir il n’y aurais pas de violences. Les gens qui vous veulent quelquechose utilisent souvent une gentillesse feinte. C’est la technique du Nice guy qui n’est “gentil” que pour pêcho. Par exemple chez les prédateurs sexuels d’enfants on appel ca le grooming, c’est à dire que l’enfant est manipulé par l’agresseur qui se fait passé pour un ami. Bon je disait ami en opposition à inconnu rapport au harceleurs de rue mais c’était pas le mot juste. J’aurais du dire “connaissance”.

        Pour le cas des femmes j’ai jamais eu à faire a une femme qui ne tiens pas compte de mon refu d’être touché ou sexualisé. Par contre j’imagine que ça existe mais c’est pas une histoire de “drague lourde”. Drague lourde c’est un euphémisme pour parler des personnes qui harcèlent sexuellement. Si je dit que je veux pas qu’on me touche et que je veux pas qu’on me drague ni me séduise a des fins sexuelles et que la personne le fait quand même c’est pas de la “drague lourde” c’est deja du harcelement et si on me touche la c’est une agression physique et si on me touche les seins, le sexe la c’est une agression physique à caractère sexuelle.

        Sinon par rapport à mon experiance, j’ai subit beaucoup de violençes sexuelles dans l’enfance et mon agresseur en plus de m’agresser etait sans cesse a faire des remarques sois disant séductrices aux femmes. Pour moi ce comportement est clairement celui d’un prédateur sexuel. Un homme qui n’envisage les femmes et les filles que sous l’aspect sexuel est une nuisance aux femmes et aux filles et je trouve que donner des conseil de seduction aux hommes c’est encore encourager l’idée que les femmes n’intéressent les hommes que pour le sexe. Pourquoi il y a pas des conseils pour avoir des amies femmes ou des conseils pour les femmes qui veulent ne plus subir la seduction des hommes ou apprendre aux femme a draguer les hommes ou des conseils pour ne pas seduir et se masturber sans utiliser de porno dégradant ou des conseils pour la contraception masculine, ou comment conduir un homme hetero a se décoince le cul et jouir par la prostate, apprendre aux femmes comment on encule les hommes ? Il y a tellement de choses à conseiller plutot que cette seduction pourrie à la papa des hommes sur les femmes.

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s